Nous ne sommes pas seuls dans l’univers

 

À chaque fois que je reviens du Japon, je me promets d’écrire ce blogue. Cette fois-ci, c’est la bonne. Imaginez-vous dans le hombu dojo. Il y a plus de cinquante personnes. Vous vous faites petit, vous vous collez au mur pour laisser la chance aux gens de bien voir l’enseignement de Soke ou des Shihan Japonais. Immanquablement, une personne s’avance devant les autres et ne se préoccupe aucunement de savoir si elle nuit aux autres. Non seulement elle s’avance, mais en plus elle bouge constamment obligeant les étudiants à s’ajuster continuellement. Personnellement, dans bien des cas, une bonne tape amicale résout le problème. Mais, souvent, si la personne qui donne la tape n’a pas la chance d’avoir un jugodan, elle se fait regarder de travers et parfois avec dédain.

 

Ce sont souvent ces mêmes personnes irresponsables qui vont percuter tout le monde lors de l’entraînement. Ils projettent les gens comme s’ils étaient seuls dans le dojo. Ce comportement stupide et égoïste ne devrait pas avoir sa place dans une communauté comme celle du Bujinkan.

 

On peut penser que ces gens ont besoin d’impressionner les autres. Peut-être est-ce par manque de confiance que ces gens agissent de la sorte. Peu importe la raison, dans bien des cas c’est un manque de jugement.

 

Alors, la prochaine fois que vous serez dans le hombu, s’il vous plaît, pensez que vous n’êtes pas seul dans l’univers.

 Bernard Grégoire
Shihan Bujinkan Québec